Article rédigé par Sylvie Plante, enseignante de français et coresponsable du dossier de la valorisation

Il existe de multiples dictionnaires et leurs objectifs répondent différemment aux besoins des scripteurs. Cet article est le premier d’une série qui portera respectivement sur le Petit Robert, le Larousse, le Multidictionnaire de la langue françaiseUsito et Antidote.

Le Petit Robert

Tous les dictionnaires renvoient implicitement ou explicitement à une norme. C’est leur «langue de référence». Ainsi, le Petit Robert est un ouvrage très réputé dont la nomenclature reflète d’abord et avant tout la réalité linguistique de la France, bien qu’elle incorpore de plus en plus de régionalismes de divers pays francophones. C’est un livre que l’on consultera pour ses définitions concises.

Prenons un exemple à partir de l’entrée liberté ci-dessous.

  • Les acceptions sont regroupées par «sens apparentés ou de formes semblables», comme il est possible de le voir par les chiffres romains sur fond rougeI Sens apparenté capture.
  • Les sous-acceptions sont numérotées par ordre chronologique, généralement du sens le plus ancien au plus moderne, ce que l’on peut voir par les chiffres arabes sur fond blanc. Début 16e Capture 2.
  • Comme les définitions sont nombreuses pour un même mot, lorsque nous cherchons le sens d’un vocable dans le dictionnaire, il faut prêter une grande attention au contexte dans lequel le terme dont nous désirons connaitre la définition se trouve.

Liberté capture

Le Petit Robert est aussi un excellent ouvrage pour valider la construction de groupes verbaux. Par exemple, on y apprend que le verbe débuter est généralement intransitif : il ne peut se construire avec un complément du verbe. Employer débuter avec un complément, comme dans la phrase : « Il débute son cours à 8 heures» serait donc un emploi critiqué selon ce dictionnaire, si on se fie à la note ◆  TRANS.  (emploi critiqué) Commencer (qqch.). « Il débute son speech. » 

Débuter Emploi critiqué

 «Mais le mot est dans le dictionnaire!»

Finalement, le Petit Robert comporte aussi des marques d’usage pour indiquer au scripteur dans quel contexte un mot peut être employé. Bien qu’on entende souvent les étudiants s’exclamer : «Mais le mot est dans le dictionnaire!», ce n’est pas une raison pour s’en servir dans toutes les situations… Ainsi, il ne viendrait à l’idée de personne d’appeler un policier un «flic» et encore moins un «poulet» lors d’un entretien avec lui!  Ces mots sont trop familiers voire irrespectueux pour le contexte. En fait, les marques d’usage du Petit Robert sont : LITT. (pour littéraire), ARG. (pour argotique), POP. (pour populaire), FAM. (pour familier) VULG. (pour vulgaire) et PÉJ. (pour péjoratif, injurieux).

Voici un exemple de marque d’usage :

Poulet 1

Poulet 2 Stylo bleu

Poulet Image

Je tiens à remercier mesdames Isabelle Pontbriand et Mireille Kouamou de m’avoir aidée pour la mise nen page de cet article.

Sources consultées pour rédiger cet article :

Julie Rinfret, chargée de cours, UQAM (LIN-2617), 2016.

Petit Robert en ligne disponible sur le site de la bibliothèque du Collège Lionel-Groulx.