Ce texte est le fruit d’un projet spécial et rassembleur intitulé Le français à cœur ouvert, voué à la valorisation de la langue française au Collège Lionel-Groulx. Le blogue diffusera périodiquement des témoignages réalisés par tout membre de la communauté collégiale relativement à l’importance du français au travail, aux études et dans la vie! C’est votre tribune. Passez-vous le mot!

Nous remercions monsieur Daniel Alarie pour son témoignage. Ce dernier travaille au Collège depuis 10 ans, où il a été successivement manœuvre de nuit, préposé à l’accueil et magasinier au centre sportif. Actuellement, il est responsable de l’imprimerie.

 

daniel-alarie

Crédit photo: S.P.

Lorsque j’ai appris qu’il y avait une opportunité pour écrire quelques lignes sur l’importance de la langue française, je me suis instantanément dit : « Pourquoi pas ? » Il y a si longtemps que je n’ai pas écrit, non, c’est faux….. Je n’ai vraiment jamais cessé d’écrire… la liste d’épicerie, les chèques du loyer, les petites pensées journalières publiées sur les médias sociaux. Mais cela n’a pas purgé ma motivation. Alors, parti sur cette lancée, j’ai décidé d’écrire les mots qui suivent.

La seconde question, prise dans une suite logique, fut donc : « Pourquoi ? » Pourquoi donc me faudrait-il écrire sur l’importance de la valorisation de la langue française ? Ma première pensée fut dirigée vers « le patrimoine », la marque d’une nation. Dans l’histoire, chaque peuple, et ce depuis les Mayas, les Grecs, les Égyptiens, bref toutes les nations primaires de l’écriture et du langage, a écrit, si on prend en considération que les hiéroglyphes et les transcrits à la base de l’écriture avaient autant une telle importance qu’ils devaient être gravés dans la pierre, des peaux d’animaux ou tout autre matériau.

Quelle autre bonne raison ? Le français en tant que « langue » tient ses origines du latin agrémenté au grec, n’entrons pas dans une synthèse sur ce mélange judicieux de locutions, mais plusieurs estiment que la base du français proviendrait du nord de la Gaule. De nos jours, cette langue est parlée sur tous les continents; elle est la deuxième langue de travail officielle aux Nations Unies ainsi que dans une multitude de provinces dans le monde et, selon un recensement de 2014, 77 millions d’élèves et étudiants s’instruisaient en français. De plus, 29 pays ont la langue française comme langue officielle.

J’ai suffisamment donné mon opinion, ayant ici un parti pris, car j’écris sur ma langue maternelle, voyez la langue de Molière, Voltaire, Piaf, Félix, Sol…  ces artistes du verbe et de la belle locution, nommez-les…  les étoiles de notre belle langue, cette langue riche en mots, bien que quelque peu compliquée dans ses règles grammaticales. Mais n’est-ce pas une marque de prestige ? Même Elvis Graton sonne hautain dans ses propos francophones.

À bien y penser, une langue que chaque poète dans l’âme s’efforce de maitriser, écrivain de l’imagerie verbale utilisant ses écrits pour nous faire voyager le monde, bien assis sur notre chaise, qu’il soit originaire d’où vous voulez, cela est pour moi amplement suffisant comme raison pour la mettre sur un piédestal et j’espère que ce petit texte en motivera d’autres à s’élancer dans l’écriture et non à simplement valoriser cette jolie langue, mais à la porter à un niveau bien plus supérieur.