Suite à

Le billet ci-dessous répond à une question qui a été posée au service de référence linguistique par une personne qui désire préserver l’anonymat.

Bonjour,

J’ai une question concernant l’utilisation de « suite à ».

Dans le Multidictionnaire : je ne l’ai pas sous la main, mais d’après ce que je me rappelle, on dit qu’on doit l’éviter.

Dans Antidote :

« La locution suite à est critiquée par les puristes. Acceptée en contexte commercial, elle est de plus en plus fréquente et admise en général. Pour éviter toute controverse, on peut la remplacer par : pour faire suite à, pour donner suite à, comme suite à, à la suite de, en réponse à ou en référence à. »

Est-ce que j’exagère en pénalisant mes étudiants pour cette erreur, si je les avertis, en insistant (parce que c’est tellllllement répandu)? Est-ce une « erreur » (je ne sais plus si je dois mettre des guillemets) que je suis la seule à essayer de combattre, ou est-ce que, par exemple en français du moins, vous en tenez compte aussi?

 

Réponse du SRL

Bonjour! Je vous remercie de votre excellente question. Il y a effectivement plusieurs professeurs de français qui retirent des points pour cette erreur, même si son usage est répandu, mais ce n’est pas unanime.

Pénaliser ce terme se défend aisément, car il existe des références fiables sur lesquelles s’appuyer. En effet, l’Office québécois de la langue française est de votre bord: il décourage également cette utilisation lorsque ce n’est pas en contexte d’écriture commerciale ou administrative.

Cependant, l’Office est plus conservateur qu’Antidote, qui, par le ton et les mots qu’il emploie (« critiquée par les puristes », « plus fréquente et admise », « controverse ») prend ses distances, critique subtilement, mais finit par se ranger : « pour éviter la controverse » !

Chaque professeur a des attentes différentes par rapport à certains mots (« suite à », « drastique »,  « prioriser », « ça », « premièrement/deuxièmement », « démontrer/montrer », etc.). Ainsi, mon avis est qu’il faut simplement être clair par rapport aux exigences et les communiquer aux étudiants.  Donc, si vous avez identifié des mots incorrects selon vos standards et que vous les communiquez au groupe, je ne vois pas de problème à retrancher des points pour « suite à ».

Je vous invite donc, pour le plaisir de valoriser le français dans votre discipline, à traiter de ce point avec les membres de votre département. Je parie que cette discussion, qui pourrait mener à un débat, aura le mérite de soulever des questions d’ordre linguistique… ou des passions!

Une question vous fait vivre des angoisses existentielles? Faites appel au Service de référence linguistique du Collège Lionel-Groulx.

À la demande des membres, une deuxième rencontre du Club de lecture « Tout Lionel » aura lieu cette session au salon du personnel le mardi 2 mai de midi à 13 heures. Le concept vous étonnera ! En effet, un des participants a suggéré que l’on fasse un SPEED-BOOKING ! « Le principe est très simple : sur le modèle du speed-dating, chaque participant dispose à tour de rôle de quelques minutes seulement pour convaincre les concurrents de lire le livre qu’il est en train de leur présenter. Véritable exercice de rhétorique, tous les moyens sont bons pour persuader son interlocuteur de la virtuosité du livre que l’on défend. » Référence Internet N’hésitez pas à écrire à sylvie.plante@clg.qc.ca pour obtenir de plus amples renseignements.

Une excellente nouvelle!

Le compte Twitter du @Clionelgroulx gazouillera, tous les lundis, à 15h30, la #MinuteFranco pour valoriser le français. La responsable est Josianne Haspeck.

 

Références consultées pour la rédaction de ce billet :

Académie française.  http://www.academie-francaise.fr/eloge-de-loignon, (Consulté le 16 avril 2017).

Antidote. Ce splendide logiciel est installé sur tous les postes informatiques au collège!

 

Grand dictionnaire terminologique, 2017, Office québécois de la langue française, (Consulté le 16 avril 2017).

 PETIT ROBERT, LE (en ligne). 2016, consultation gratuite ici : www.clg.qc.ca → Bibliothèque → « Outils de recherche » → Petit Robert, (Consulté le 27 mars 2017).

Termium Plus, (Consulté le 16 avril2017).

Usito (en ligne). 2013, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet-Laganière, de Pierre Martel et de Chantal-Édith Masson, et avec le concours de Louis Mercier [site Web]. Les Éditions Delisme. Il faut être abonné pour avoir accès à l’intégralité. (Consulté le 16 avril 2017).

 

 

2 commentaires déjà

  1. Intéressant, à la fois la question et la réponse. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.

 »