Tout au long du mois de septembre, nous vous présenterons les romans retenus par les participants en vue de la toute première édition du Combat des livres.  Celle-ci aura lieu le mercredi 4 octobre prochain au local D-107, dès 12h30.
En quelques lignes, le Combat des livres, c’est :
  • Cinq romans québécois parus depuis 2002.
  • Cinq éloquents professeurs de français du collège Lionel-Groulx.
  • Chacun est convaincu que le roman qu’il défend mérite de remporter cette édition du Combat des livres.
  • Un seul aura finalement raison. Lequel? Qui saura être le plus convaincant?
  • Un passionnant jeu d’alliances, de rivalités et de stratégies.
  • Quel roman triomphera au terme de ces débats enlevants?
Nous poursuivons donc notre présentation des cinq oeuvres en lice avec le roman de Nelly Arcan, Folle, paru en France aux Éditions du Seuil en 2004.
  
« Cette lettre est mon cadavre, déjà, elle pourrit, elle exhale ses gaz. J’ai commencé à l’écrire le lendemain de mon avortement, il y a un mois. Aujourd’hui, ça fait exactement un an qu’on s’est rencontrés. Demain, j’aurai trente ans. »  Extrait du roman Folle, de Nelly Arcan.
Nelly Arcan
Trois ans après le succès fulgurant de Putain, qui a propulsé Nelly Arcan à l’avant-plan de la scène médiatique, paraît Folle. Malgré ses qualités littéraires indéniables, le livre jouit d’une moins grande couverture médiatique que le précédent, l’effet de surprise s’étant un peu émoussé. Dans les pages de Folle, Nelly prédit le destin qui attend ce deuxième livre : « L’autre côté de la médaille de mon premier livre était son poids énorme qui écraserait le second. » La critique littéraire est toutefois positive, et le texte obtient une nomination pour le prix Femina, qui lui échappera une deuxième fois. (Source: www.nellyarcan.com)

Sortie meurtrie d’une relation amoureuse avec un journaliste d’origine française, narcissique et consommateur de cyberpornographie, Nelly, ancienne prostituée et écrivaine, écrit une longue lettre à l’être aimé ; le point final du texte est posé la veille de son suicide. Dans cette lettre, Nelly raconte notamment les différentes étapes de la relation amoureuse, de la rencontre à la période fusionnelle en passant par l’essoufflement, l’éloignement et enfin la rupture. L’auteure raconte aussi crûment et dans les détails le traumatisme de l’avortement et le rituel dans lequel elle a recueilli son sang dans un récipient en verre. (Source : www.nellyarcan.com)

Sandrina Joseph. Crédit photo : Mark Quevillon.

Enseignante au département de français duquel elle assume la co-coordination, Sandrina Joseph n’a pas hésité longtemps pour soumettre sa sélection de roman au Combat des livres.  Elle admire dans Folle cette écriture très courageuse de la honte, cette mise à nu qui amène Nelly Arcan à parler de ce qu’on cherche en général à cacher ou à taire.  Ce roman, en raison de sa représentation de notre impuissance face à nous-mêmes ou encore face à nos décisions, est marqué par le sceau rouge de la fatalité, ce qui le rattache d’emblée à la lignée des grandes tragédies.