Je tiens à remercier vivement Madame Elizabeth Sainte de m’avoir accordé un entretien me permettant d’écrire ce billet aujourd’hui.

http://www.lapresse.ca/sports/tennis/201504/27/01-4864750-le-tournoi-de-wimbledon-interdit-la-perche-a-egoportrait.php

Vous savez sans doute que « l’Office québécois de la langue française est chargé d’orienter l’usage du français au Québec*. » Par contre, étiez-vous au courant qu’il propose rarement la création de mots de toute pièce? Selon Elizabeth Sainte, doctorante à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université d’Ottawa et auteure de la page web En bons termes, l’Office observe d’abord l’usage des locuteurs avant de se lancer dans la création lexicale. La sociolinguiste en sait quelque chose, car son projet doctoral, passionnant, traite spécifiquement « de la mise en œuvre d’une collaboration entre les locuteurs et les experts de la terminologie pour, entre autres, franciser des anglicismes**. »

Par ailleurs, rappelons que l’Office est assujetti à la loi 101 ; il doit donc composer avec les paramètres d’une loi linguistique créée dans les années soixante-dix. Il n’a pas une entière liberté et a des comptes à rendre, en quelque sorte. « L’idée de mettre sur pied une banque de terminologie (le Grand dictionnaire terminologique, le GDT) à l’Office de la langue française est née des besoins suscités par l’implantation du français comme langue de travail. La fonction première de cette banque de données était de rassembler, de centraliser et de traiter la terminologie française existante, et de la rendre disponible à tous les milieux de travail et d’enseignement du Québec afin de franciser leurs activités***. »

Autre fait intéressant, pas plus tard que ce matin, Jean-Benoît Nadeau publiait un article dans Le Devoir intitulé « Pour une loi 101 2.0 » qui traite, justement, de l’évolution qu’il souhaite voir à la fameuse loi linguistique. À lire ici.

Anecdote croustillante

Pour vos soirées, voici une anecdote savoureuse. Toujours selon Madame Sainte, c’est à Fabien Deglise, journaliste au Devoir, que l’on doit la paternité du mot « égoportrait ». Le dictionnaire québécois en ligne Usito propose aussi «autophoto», terme moins connoté négativement, mais qui ne semble pas s’implanter chez nous pour autant… Effectivement, monsieur Deglise, dans un article portant sur certains mots nouveaux de 2013 (comme « twerk » et « textanbulisme ») a traduit «selfie» par « égoportrait ». Ce mot n’est pas tombé dans les oreilles d’un organisme sourd et s’est rendu jusqu’à l’OQLF qui, en bout de piste, l’a adopté ! Lire l’article de M. Deglise ici.

C’est donc dire qu’il existe des coopérations heureuses entre les locuteurs et les organismes qui officialisent les termes. Par exemple, en 2015, l’OQLF a accepté de collaborer avec la revue L’Actualité. Celle-ci a consulté ses lecteurs afin qu’ils offrent leurs suggestions pour franciser 5 mots technos  : selfie stick, digital afterlife, webrooming, binge watching et unboxing. Une lectrice a suggéré «narcistique» pour « selfie stick », mais c’est « perche à égoportrait » qui a été retenu…

Dernier fait intéressant : l’OQLF n’est pas aussi inflexible qu’on pourrait le croire. Il crée des fiches terminologiques dans le GDT et observe ensuite l’usage qui est fait des mots par les locuteurs. L’Office apporte ensuite des modifications ou des suppressions. « Égoportrait » pourrait donc être appelé à disparaitre si on ne s’en sert pas assez. Alors, si vous ne voulez pas le voir disparaitre au profit de « narcistique », faisons un bel effort collectif et employons « perche à égoportrait » à toutes les sauces!

Pour aller plus loin

Si VOUS étiez terminologue, quel équivalent français choisiriez-vous pour traduire :

1-cloud computing

2-hashtag

3-prequel

4-debriefing

5-binge watching ?

—————————-

Voici les traductions officielles de l’OQLF

1-cloud computing : infonuagique

2-hashtag: mot-clic

3-prequel : antépisode

4-debriefing: debreffage

5-binge watching: visionnage ou écoute en rafale

 

Notes de bas de page

*http://www.granddictionnaire.com/Gdt_en_bref.aspx (en ligne), 2016, page consultée le 29 janvier 2018.

**Propos de Madame Sainte recueillis par entretien téléphonique le lundi 29 janvier 2018.

*** http://www.granddictionnaire.com/Gdt_en_bref.aspx, (en ligne), 2016, page consultée le 29 janvier 2018.

 

Références consultées pour la rédaction de ce billet :

ACTUALITÉ L’ « Cinq mots technos officialisés dans l’OQLF » /  2018 Mishmash Média, (en ligne), page consultée le 29 janvier 2018.

Devoir, Le. Nadeau, Jean-Benoît. « Pour une loi 101 2.0 » , (en ligne), page consultée le 29 janvier 2018.

EN BONS TERMES. https://enbonstermes.com/ (en ligne), 2016, page consultée le 29 janvier 2018.

GRAND DICTIONNAIRE TERMONILOGIQUE, Office québécois de la langue française, (en ligne), page consultée le 29 janvier 2018, http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26501384

 

Présentations des activités de la session hiver 2018

Le comité de valorisation du français (VLF) tient à vous informer des activités à venir cette session :

En collaboration avec les Communications, les responsables de la VLF organisent une semaine de la Francofête, du 19 au 23 mars, au cours de laquelle plusieurs activités valoriseront notre langue.

Pour l’instant, ce qui est confirmé, c’est que le club de lecture « Tout Lionel » se réunira le mardi 20 mars de midi à 13h. Apportez votre diner. Les discussions porteront sur nos coups de cœur relativement aux œuvres québécoises de fiction récentes.

Le mercredi 21 mars sera la Dictée CLG sur l’heure du diner. C’est un extrait du premier roman de Stéphanie Filion, Le grand fauchage intérieur, qui sera lu par l’auteure elle-même. Madame Filion est une diplômée en Lettres de chez nous! La consultation des ouvrages de référence ne sera pas permise pour cette édition. Nous vous demandons de faire une grande publicité auprès de vos étudiants et de vos collègues afin d’y faire participer le plus grand nombre. Plusieurs prix (produits Druide et des exemplaires du roman Le grand fauchage) seront remis.

Deuxième édition du Combat des livres (25 avril 2018).  Cette fois, croiseront le fer un cadre (Éric Saint-Jean), une étudiante (Kamille Gagné), un membre du personnel professionnel (Josiane Sauvé), un employé de soutien (Daniel Alarie) et une enseignante d’anglais (Elizabeth Schinkel). Les œuvres qu’ils défendront vous seront présentées à la session. simon.roy@clg.qc.ca

Il y aura d’autres annonces surprises à venir ! Nous vous communiquerons les belles activités francophiles dès qu’elles seront officielles.

Si vous hésitez relativement à un accord, à une orthographe, à une règle grammaticale ou si une construction de phrase vous semble étrange ou erronée, n’hésitez pas à contacter les responsables : simon.roy@clg.qc.ca et sylvie.plante@clg.qc.ca. Toutes les demandes sont strictement confidentielles. Elles peuvent même nous être acheminées de façon anonyme. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais. Et c’est gratuit !