Pour conclure en force cette année du cinquantième anniversaire du Collège Lionel-Groulx, le comité de Valorisation de la langue française est en train d’organiser pour la communauté collégiale une activité qui saura intéresser de nombreux lecteurs, si on se fie au succès de la première édition tenue en octobre dernier (cette première édition, rappelons-le, opposait cinq enseignants de français).

C’est donc avec grand plaisir que vous sera présenté un débat captivant, librement inspiré du modèle de l’émission que l’on pouvait entendre il y a quelques années à la radio de Radio-Canada, le Combat des livres, animé successivement à l’époque par les excellentes Christiane Charrette ou Marie-France Bazzo (le Combat des livres se voulait la version française de Canada Reads, une belle initiative de la CBC qui existe toujours d’ailleurs).  Prenez note que la rencontre aura lieu le mercredi 25 avril prochain dès 12h00 au local D-415 et que vous êtes toutes et tous invité(e)s à venir y assister.  Parlez-en à vos amis, on veut remplir la place.

L’édition du 25 avril réunira cette fois des gens de la communauté collégiale issus de toutes les provenances : Daniel Alarie représentera les employés de soutien du collège (Vox Populi de Patrick Nicol, aux Éditions du Quartanier), Kamille Gagné, étudiante au double Dec Littérature et Musique (La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette, chez Le Marchand de feuilles), Éric Saint-Jean, cadre (Histoire de Pi d’Yann Martel, aux Éditions XYZ), Josiane Sauvé, membre du personnel professionnel (Du coeur à l’établi de Michel-Olivier Gasse, aux Éditions Tête Première) et Elizabeth Schinkel, professeure d’anglais (Niko de Dimitri Nasrallah, à La Peuplade).  Même contrainte commune aux candidats que l’automne dernier : chaque participant a dû sélectionner un roman québécois paru depuis l’an 2000.

Après Nicolas Simard (enseignant au département de français) et le roman Dée qu’il défendait (texte de Michael Delisle), on se demande bien qui remportera cette nouvelle édition du Combat des livres.  Les gageures sont ouvertes.  Sérieusement, bien malin celui ou celle qui pourra prédire l’issue de ces débats.  Heureux mélange de camaraderie et de compétition joviale, cette activité est avant tout un jeu ayant comme principal objectif le partage de la passion de la littérature.  Bien sûr, des alliances et diverses stratégies seront mises de l’avant par les concurrents qui croiseront le fer.  Lors des prochaines communications, les œuvres en lice et leurs défenseurs vous seront présentés.

Comité de la Valorisation de la langue française