Pour accompagner les premiers jours du printemps (ou les derniers jours d’un hiver persistant?), nous vous présentons les romans retenus par les participants en vue de la seconde édition du Combat des livres.  Celle-ci aura lieu le mercredi 25 avril prochain au local D-415 dès 12h00. Tout le monde est évidemment invité à assister à l’événement.

En quelques lignes, le Combat des livres, c’est :

  • Cinq romans québécois parus depuis les années 2000.
  • Cinq participants de toutes les provenances du collège Lionel-Groulx.
  • Chacun est convaincu que le roman qu’il défend mérite de remporter cette édition du Combat des livres.
  • Un seul aura finalement raison. Lequel? Qui saura être le plus convaincant?
  • Un passionnant jeu d’alliances, de rivalités et de stratégies.
  • Quel roman triomphera au terme de ces débats enlevants?
Nous poursuivons cette semaine notre présentation des cinq oeuvres en lice avec le roman de Michel-Olivier Gasse, Du coeur à l’établi, publié aux Éditions Tête Première en 2013.  Rappelons qu’il sera opposé à Histoire de Pi d’Yann Martel(présenté la semaine prochaine), Niko de Dimitri Nasrallah, Vox Populi de Patrick Nicol et La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette.
Du Coeur à l’établi

Roman initiatique, récit mené ventre à terre, parfois totalement burlesque, parfois assez trash, admirablement 2013, Du coeur à l’établi alterne entre une narration très vivante (au «je») et des dialogues en québécois extrêmement bien rendus – avec, en prime, des personnages de filles vraiment pas banals.

Marie-Christine Blais, La Presse

Du coeur à l’établi

Manu Camacho n’a pas l’habitude des émotions fortes. Sa vie, il la mène tranquillement, à réparer des guitares pour son gros patron bavard, à dormir une ou deux fois par semaine chez son amie Lou ou à faire du vélo comme si sa vie en dépendait.

C’est bien malgré lui qu’il fait la rencontre de Paré, l’homme par qui tous les problèmes arrivent. Un grand imbécile irresponsable, inconséquent et… attachant. En un temps record, Paré entraîne Manu et Lou sur la piste de sa malchance, au travers de passages à tabac, d’histoires de drogue et de soirées bien arrosées.

Au courant d’un été, Manu fera le constat qu’il n’est pas si mal après tout de se mouiller et de sauter tête première pour changer l’ordre des choses. Il lui faudra seulement accepter que les changements qui s’opèrent ne naissent pas toujours de sa propre volonté.

Du cœur à l’établi est avant tout une histoire sur l’amitié, qu’elle soit voulue ou non. Dans les deux cas, il y a du mauvais, comme du bon.

À lire en écoutant les Rolling Stones.

Source : Tête première

Michel-Olivier Gasse
Josiane Sauvé n’a pas longtemps hésité quand il lui a fallu sélectionner un roman pour le Combat des livresDu coeur à l’établi lui est tout de suite venu à l’esprit quand elle s’est demandé quel livre elle voulait défendre le 25 avril prochain. Elle est d’avis que Michel-Olivier Gasse est un auteur qui gagne à être connu, notamment grâce à cette voix particulière qui rocke le roman, pour reprendre son expression. Il s’agit en quelque sorte d’un « road book qui promène son lecteur de Crémazie aux Chutes Niagara », a confié récemment la spécialiste en moyens et techniques d’enseignement à la bibliothèque du Collège.  « C’est un moment dans la petite vie ordinaire de Manu Camacho, un gars de Montréal.  La rencontre de Paré, un bum sympathique, fera basculer la vie de Manu et de son entourage pour le mieux, mais en passant par le pire », ajoute-t-elle. Josiane Sauvé considère qu’il « faut situer Du coeur à l’établi dans la catégorie des romans d’apprentissage et d’aventures, quelque part entre Jack Kerouac et Jacques Poulin. Un roman qui se lit en écoutant un vinyle des Stones, tout en buvant une pinte de rousse. »  Invitant, n’est-ce pas?
Josiane Sauvé
Crédit photo : Martine Landry