Texte rédigé par Pascal Gemme, professeur au département de français et responsable du dossier de la valorisation

La poésie vous enchante, mais vous ne trouvez jamais le temps d’en lire? Les longs textes poétiques vous rebutent parce que vous avez l’impression de vous perdre? Vous vous passionnez pour le Japon, mais n’avez ni le temps ni les moyens de le visiter? Roxanne Lajoie, enseignante en français, et ses étudiantes et étudiants du cours de Création littéraire ont des pistes de solution pour vous.

En effet, du 6 au 23 novembre, la bibliothèque du Collège présente une exposition de haïkus en français présentés sur tataki-zomé. Qu’est-ce que le tataki-zomé? L’expression vient des mots japonais tataki, qui signifie «marteler», et zomé, qui veut dire «teindre». Il s’agit donc d’une technique artistique développée par l’artiste belge Sandrine de Borman, qui consiste à teindre en martelant sur du tissu. Cette technique est inspirée de l’art traditionnel japonais. Selon la tradition, on utilise des feuilles et des composantes végétales pour teindre le tissu à l’aide du suc végétal de la plante.

Les étudiants ont donc eu à rédiger des haïkus, petits poèmes d’origine japonaise que l’encyclopédie Larousse décrit ainsi :

«Petit poème de dix-sept syllabes, en trois vers (respectivement de 5, 7 et 5 syllabes), le haïku fut l’un des genres poétiques privilégiés de la littérature japonaise classique. Reposant sur une extrême concision formelle et usant parfois de l’humour pour suggérer un sentiment et non l’exprimer, il évoque en général un paysage ou un état d’âme.»

Évidemment, avec le temps, les règles se sont assouplies de sorte que la rythmique n’est pas toujours respectée. Après avoir choisi leurs meilleurs textes, les étudiants les ont ensuite recopiés sur des pièces de tissu qu’ils avaient préalablement teintes à l’aide de plantes en utilisant la technique du tataki-zomé. Le résultat est d’une grande beauté tandis que les textes illustrent un moment fugitif à la manière d’une photographie.

À ne pas manquer, à la bibliothèque, du 6 au 23 novembre, tout près du laboratoire informatique.

Le site de l’artiste Sandrine de Borman

Encyclopédie Larousse, «haïku», (en ligne). 2018 (Consulté le 8 novembre 2018)