Par Pascal Gemme, professeur de français responsable de la valorisation de la langue au Collège Lionel-Groulx

C’est du 18 au 22 mars dernier que se sont tenues les activités de la Francofête au Collège Lionel-Groulx. Échange de livres, expositions thématiques, jeux de mots, chaînes de récits, concours de slogans, Combat des livres et spectacle de chanson, voilà autant d’événements offerts à la communauté, qui, en général, a assez bien répondu à l’appel.

Vous avez en effet été plutôt nombreux à participer au concours de slogans, dont les résultats seront connus prochainement. De même, dans quelques emplacements, l’activité de jeux de mots a connu un grand succès, en particulier à l’Entr’acte de l’aile Théâtre. Finalement, le spectacle de Mathieu Lippé a été présenté le vendredi 22 mars devant un Carrefour étudiant assez bien rempli, mais pas toujours attentif aux textes recherchés de l’artiste.

Toutefois, c’est sans contredit le Combat des livres qui a obtenu le plus grand succès, attirant plus de 80 personnes dans un Kafé étudiant bondé. L’événement, animé de main de maître par l’enseignant et auteur Simon Roy, en était à sa troisième édition au Collège Lionel-Groulx. Pour la deuxième fois, il opposait des participants issus de toutes les sphères du Collège (étudiante, adjointe à la direction des études, technicienne à la bibliothèque, enseignant et intervenant psycho-social). Ainsi, Florence Daunais (Deuils cannibales et mélancoliques), Lucia Lepage (Le poids de la neige), Chantal Lajambe (Les yeux bleus de Mistassini), Robin Dick (Toi aussi mon fils) et Steve Bastien (Le cri des oiseaux fous), se sont affrontés pour faire valoir l’œuvre qu’ils avaient choisie.

L’activité fut marquée par de nombreux coups de théâtre qui n’ont pas manqué de rajouter du piquant à une activité déjà fort intéressante. Déjà, dès le début de la rencontre, Steve Bastien annonçait qu’il devait céder sa place, appelé en urgence par ses fonctions au collège. C’est Mélissa Gasse, diplômée en 2018 du profil Littérature, programme Arts, lettres et communication, qui avait lu par plaisir tous les romans en lice, qui l’a remplacé à pied levé.

Les débats ont commencé par des présentations empreintes de politesse et de réserve où on a pu constater le respect qui régnait entre les participants. Toutefois, la qualité de la préparation de certains, notamment Chantal Lajambe, leur a permis de sortir du lot. C’est seulement lorsque vint le moment de remettre en question une première œuvre que les participants affutèrent leurs armes, en faisant ressortir les faiblesses de leurs adversaires. Toi aussi mon fils et Deuils cannibales et mélancoliques firent alors les frais des attaques les plus virulentes alors que Le poids de la neige et Le cri des oiseaux fous recevaient les éloges les plus senties, l’un pour la qualité générale de l’écriture et son sens du suspense et l’autre pour sa sensibilité et la profondeur du personnage.

Ce sont d’ailleurs ces deux œuvres qui se retrouvèrent en finale après l’élimination de Deuils cannibales et mélancoliques et le sabordage successif de Toi aussi mon fils et Les yeux bleus de Mistassini par ceux-là même qui les défendaient, phénomène qui ne s’était jamais vu dans les éditions précédentes.

À l’issu des échanges, c’est Le poids de la neige qui a été déterminé vainqueur lors du vote final. C’est la qualité globale de l’écriture et sa capacité à nous tenir en haleine et à générer l’angoisse malgré un récit très simple qui ont valu à l’œuvre de Christian Guay-Poliquin de se démarquer. C’est donc Lucia Lepage, adjointe à la direction des études, qui a remporté l’édition de l’hiver 2019 du Combat des livres au Collège.

Le poids de la neige, de Christian Guay-Poliquin

 

Remercions au passage, Simon Roy, pour son animation dynamique, la direction des études pour l’achat des exemplaires à l’intention des participants et son importante contribution au spectacle de Mathieu Lippé,  la COOP pour sa généreuse participation ainsi que le comité organisateur de la Francofête, sans qui ces activités n’auraient pas eu lieu.

On vous donne rendez-vous l’an prochain pour une autre édition de la Francofête.

Lucia Lepage, gagnante du Combat des livres. Source de la photo: archives personnelles